mercredi 9 septembre 2009

Quand le nombre suffisant sera atteint.

En regardant de plus près la nature, une métaphore nous enseigne sur notre évolution. En effet, selon Elisabet Sahtouris, spécialiste renommée de la biologie de l'évolution, lorsqu'une chenille atteint un certain stade de son développement, elle devient vorace et commence à dévorer tout ce qui se trouve à sa portée. Elle avale ainsi des centaines de fois son propre poids. Une chenille peut dévorer toutes les feuilles d'un arbuste.

En même temps, à l'intérieur de la structure moléculaire de la chenille, des cellules appelées "cellules imaginales" deviennent actives. Pendant que la chenille dévore tout sur son passage, ces cellules imaginales se réveillent et partent à la recherche l'une de l'autre dans son organisme.


Lorsqu'un nombre suffisant (mais pas forcément la majorité - cf notion de seuil critique en systémique-) de cellules a réussi à établir une connexion, ce sont elles qui prennent le contrôle génétique du devenir de la chenille. A ce stade, toutes les autres cellules entrent en putréfaction et se transforment en une espèce de bouillon nutritif, à partir duquel les cellules imaginales peuvent alors créer ce miracle totalement inattendu qu'est le papillon."

Ce texte nous apprend qu'au sein de la chrysalide, la chenille ne se transforme pas en papillon de manière progressive : un corps qui se transformerait puis des ailes qui apparaîtraient. Ce qui se passe réellement, c'est d'un côté une chenille qui dépérit et disparaît, et juste à côté un autre animal, totalement nouveau et différent qui apparaît et se développe : un papillon avec des ailes et capable de voler.

S'agirait-il alors des frémissements d'une re-naissance progressive de l'humanité, qui enfermée dans sa chrysalide, traverserait son propre chaos et s'activerait vers une nouvelle forme de vie ?

Que représente dans notre humanité cette chenille qui doit dépérir pour disparaître ... ?

Il suffit "d'un nombre suffisant"
pour inverser et faire basculer le processus,
afin que les cellules qui ont réussi à établir une connexion,
prennent le contrôle génétique du devenir de la chenille.




Quel est ce papillon qui se développe au sein d'un bouillon nutritif ?

Partager cet Article:

Facebook Twitter Technorati digg Stumble Delicious Flux RSS

2 commentaires:

  1. Merci Maryvonne pour cette illustration précise de la métamorphose ! et du "tipping point" , point de bascule ... à suivre dans les mois et années qui viennent...

    RépondreSupprimer
  2. Très belle et illustrative de la métamorphose nécessaire, et espère-t-on e cours, dans nos sociétés.

    RépondreSupprimer