jeudi 31 mars 2011

La quête de grâce de Etty Hillesum : un hymne à la beauté pour l'humanité



Dans cette période troublée et troublante que nous traversons, écouter ce qui a inspiré Etty Hillesum, est un moment de grâce pour sourire à la vie, s'entraîner et s'entraider à être dans l'instant et l'émerveillement, quoiqu'il arrive. 

Etty Hillesum est une jeune juive hollandaise de vingt-neuf ans qui sera déportée et qui confie à son journal intime son cheminement mystique et son inébranlable parti pris d'espérance : 

"La vie est belle et pleine de sens" à chaque instant.

Cécillia Dutter vient parler de son dernier ouvrage : "Etty Hillesum, une voix dans la nuit" à l'émission "Les Racines du Ciel" de Frédéric Lenoir. (Cliquez sur les liens pour lire et écouter).


Editions Robert Laffont en 2010.

lundi 28 mars 2011

Celui qui vit dans cet amour goûte la plénitude ...


Il ne suffit pas que vous disiez "j'aime", vous devez vous demander comment vous aimez. Car l'amour, on peut le manger, on peut le boire, on peut le respirer, on peut vivre en lui, tout dépend du niveau de conscience. Celui qui mange l'amour reste dans le plan physique et il ne sera jamais satisfait, car il se contente de plaisirs inférieurs. Celui  qui boit l'amour goûte des plaisirs plus subtils, mais il est encore plongé dans les jouissances et les satisfactions du plan astral. Celui qui est parvenu à atteindre les régions du plan mental grâce à l'art ou à la philosophie, respire l'amour.
Quant à celui qui vit dans l'amour, dans le côté subtil et éthérique de l'amour, il le possède comme lumière dans l'esprit, comme chaleur dans le coeur, et il peut répandre cette lumière et cette chaleur sur tous les êtres qui l'entourent.
Celui qui vit dans cet amour goûte la plénitude.

Omraam Mikhaël Aïvanhov. 


Photo MP "Jardin d'Istanbul"



mardi 15 mars 2011

la Liberté et la sensibilité dansent avec notre fragilité


Notre degré de liberté est lié à notre degré de sensibilité. 
C'est parce que je reconnais ma fragilité que s'ouvre ma sensibilité.
Je peux alors être ouvert aux vents de l'esprit et répondre ainsi à l'échelle du sens.
Je peux devenir comme la voile, l'ange et le souffle.





Le corps humain écouté à travers une lecture des mythes fondateurs et de la symbolique




"Notre corps est un autel dont il nous faut prendre soin. 
C'est par l'attention portée au va et vient du souffle que nous unifions notre corps et notre esprit. 
Quand on entre dans un temple déserté, on sait immédiatement qu'il est abandonné, qu'il n'est pas habité"

Thich Nhat Hanh


Plusieurs chercheurs et auteurs nous en parlent avec une grande profondeur de sens, j'en citerai dont j'ai longtemps parcouru les oeuvres :
- Annick de Souzenelle : "Le symbolisme du corps humain".
- Luc Bigé :"Le symbolisme du corps humain, les mythes et l'astrologie".






samedi 12 mars 2011

De la nécessité de retrouver une écoute profonde de l'Être


Jean-Yves Leloup nous parle des "Thérapeutes d'Alexandrie", ou comment "Prendre soin de l'être" dans ses différentes composantes. De la nécessité de retrouver l'écoute profonde, l'imagination, la contemplation et le sens dans nos vies.

"Le sens est une saveur, c'est ce qui donne du goût à notre vie"




Jean-Yves Leloup est l'auteur de très nombreux livres dont le dernier, sorti en février 2011, s'intitule : 

"Assieds-toi et marche !" 
deux paroles à tenir ensemble pour se rapprocher de soi-même, 
s'ouvrir et atteindre la présence, 
au coeur de l'Être.

mercredi 9 mars 2011

Dansez, dansez, sinon nous sommes perdus !


Le film "PINA" sort sur les écrans en France le 6 avril. "PINA" est un film pour Pina Bausch, dansé en 3 D, porté par l'ensemble du Tanztheater Wuppertal et l'art singulier de sa chorégraphe disparue à l'été 2009.

Voici l'affiche du film ... avez-vous remarqué ce que cette image suscite en vous ? Le simple fait de regarder ce corps sautant sous la pluie éveille un élan de vie et un supplément d'âme, n'est-ce pas ? 

"Longtemps, j'ai pensé que le rôle de l'artiste était de secouer le public.
Aujourd'hui, je veux lui offrir sur scène ce que le monde,
devenu trop dur, ne lui donne plus :
des moments d'amour pur."

Pina Bausch




Une merveilleuse chorégraphie en salle, dans la rue, dans la ville et dans la vie, 
par des artistes inspirés à chacun de leurs gestes et au fil de leurs pas ... de danse ! 
Regardez ...


video


ELLE A INVENTÉ UN ART NOUVEAU...


"Non, ce n’était pas un ouragan qui venait de balayer la scène.
Il y avait là… des gens qui se mouvaient différemment de ce à quoi j’étais habitué, et m’émouvaient autrement que tout ce qui m’avait ému auparavant.
Au bout de quelques instants j’avais déjà une boule dans la gorge et après quelques minutes d’un incroyable étonnement, j’ai simplement laissé libre cours à mes sentiments et je me suis mis à chialer sans retenue.
Cela ne m’était encore jamais arrivé…

Si, dans la vie, ou parfois aussi au cinéma, mais pas en regardant une mise en scène bien rôdée, sans même parler d’une chorégraphie.
Ce n’était pas du théâtre, ni de la pantomime, ce n’était pas du ballet et encore moins de l’opéra.
Pina, comme vous le savez, a inventé (et pas seulement en Allemagne) un art nouveau." 

"Grâce à PINA, j’ai appris, à voir la chose la plus simple, la plus naturelle d’un oeil neuf.» 
Wim Wenders




Si vous allez le voir, revenez nous dire comment vous avez vécu, assis sur votre fauteuil de cinéma le : "dansez, dansez ..." !



mardi 8 mars 2011

Un hymne à la vie, témoignage d'un moine jardinier et photographe


Oui, je suis passionnée par les êtres, l'humanité, le vivant, la nature, les arbres, la photographie, les mots quand ils sont habités et le sens de l'existence.

Photo MP 

Ce que j'aime partager dans ce blog, ce sont des pépites de l'être, de ceux qui ont éveillé cet élan de vie, de création qui honore le vivant au quotidien par un hommage constant.

Aujourd'hui, je souhaite vous faire découvrir Frère Jean, un moine jardinier et photographe. Selon ses propos, "la beauté est partout" et il l'a rend vivante au travers de son objectif. 
Frère Jean a un parcours étonnant. Il étudie la photographie à Paris et comprend très vite que "l'école lui apprendra la technique, pas le talent". A 33 ans, il part faire un reportage en Grèce, au Mont Athos, et là il décide de tout quitter pour devenir moine orthodoxe. Il continue la photographie qu'il qualifie "d'écriture de lumière". 

Voici son témoignage :

"Exposer sur une étape prestigieuse du chemin de Saint Jacques de Compostelle (Compostelle signifie chemin des étoiles) me permet de témoigner du pélerinage de ma vie et du sens que je lui donne.

Avant tout, je suis moine ! mon engagement donne un sens à mon existence.

Le chemin que je suis (suivre) et que je suis (être) se fait au fur ete à mesure de ma progression. Mon pélerinage est intérieur, il va de la tête au coeur, des entrailles au sommet du crâne, vers la Transcendance. 
Chaque étape devient l'incarnation de ce que je vis, elle est un marchepied pour aller plus haut, c'est-à-dire au plus profond en moi-même, j'escalade mes profondeurs !

Ma marche est une démarche qui s'exprime sous une multitude de formes : photographie, poésie, jardinage, cuisine, architecture et, bien sûr, le plus beau des arts : la prière !

- la photographie, par une écriture de lumière, exprime ce que je ne peux pas dire avec les mots. Par exemple : une branche nue, un bourgeon, une feuille, une fleur, un fruit ... l'automne, l'hiver ... décrit mieux la réalité qu'une longue réponse à la question : qu'est-ce que la vérité ?
- la poésie me permet de jongler avec les mots, de réinventer leur sens pour qu'ils deviennent l'expression d'un rire, d'un chant, d'une danse.
- le jardinage m'ouvre un livre merveilleux, celui de la création. La nature a des lois immuables que l'homme essaye de comprendre, de dominer. Le jardinier ne peut commander à l'univers qu'en obéissant à ses lois (le mot compost a la même racine que Compostelle).
- la cuisine m'offre l'occasion de communier en partageant un bol de soupe chaude, une ratatouille avec les légumes du potager, avec des frères. Quand nous mangeons au même plat, quand nous buvons à la même coupe, nous sommes heureux !
-la restauration des bâtiments, des murs à pierres sèches m'inscrit dans la filiation avec les Anciens, mes gestes retrouvent leur dignité et s'inscrivent dans le même esprit, j'ai 1000 ans !
- la prière, une louange chantée avec tout ce qui respire, me relève l'émerveillement et la Présence aimante du Tout-Autre.

Oui, la photographie, la poésie, le jardinage, la cuisine, l'architecture, la prière ... sont des moyens pour exprimer de diverses manières l'ineffable. Ils sont des étoiles qui éclairent la nuit."

... "Si je me limite à la forme, je ne comprendrai jamais l'acte créateur. Si je nie la forme, je refuse la révélation du subtil. C'est la proximité du créé et de l'incréé qui nous ouvre à la plénitude. Jamais la matière ne pénètrera le subtil. La matière peut devenir matrice du subtil par résonance, synergie, dans une connaissance par l'intérieur. On ne part pas à sa conquête avec acharnement mais en s'ouvrant à sa douceur, dans une communion totale et réciproque. Le Souffle irradie du coeur de l'oeuvre ! ...

Ces mots nous relient directement à notre propre processus d'incarnation du vivant. 

Les images au travers du regard de Frère Jean fait que l'ordinaire devient superbe.


"L'on dit souvent que la beauté d'un être est dans les yeux de celui qui le regarde. 
Frère Jean nous le prouve : une feuille, même morte, nous parle au plus profond de nous-même. 
Le plaisir de voir la beauté est infini".


Cliquer ici :





lundi 7 mars 2011

La joie créatrice comme catalyseur de transformations


A la fois musicien, sculpteur, dessinateur et écrivain, conseil hautement créatif, Bernard Leblanc-Halmos a écrit plus de vingt ouvrages de sagesse et d'humour, dont "L'Elan créateur" et "Perles de risée", un petit bijou composé de six-cent perles ...


Agitateur d'esprit, jongleur et détourneur des mots, l'écouter est un ravissement pour l'esprit et un ressourcement pour l'être.

Il nous invite à devenir un "Apprenti-Sage" et à retrouver la poésie des mots et la joie : joie dans l'esprit, joie dans les actes, vous savez, celle qui est une denrée essentielle de notre quotidien ...

A écouter une interview de Bernard Leblanc Halmos, sur la radio "Regard D'ici et D'ailleurs". 

Il sera le 10 mars 2011 à Périgueux, pour une "causerie" en "co-cré-action" avec les personnes présentes, sur un thème précieux : "La joie créatrice comme catalyseur de transformations".


"Regards d'içi et d'ailleurs-Bernard Leblanc-Halmos"




La porte de l'Orient


"L’Esprit de la vallée ne meurt jamais. On l’appelle la femme mystérieuse. 
Et la porte de la femme mystérieuse est la fondation de laquelle surgissent 
le Ciel et la Terre. Elle est ici, avec nous, tout le temps. 
Abreuve-toi à cette source autant que tu veux, jamais elle ne se tarira."

Lao Tseu, le Tao Te King
Chine, 3ème siècle avt JC


Photo : Musée de Damas, Syrie


Photo : Bkechtine, Liban



Photo : Palmyre, Syrie